Une expo comme on les aime

« Inventing le Louvre: From Palace to Museum

over 800 Years » (trad. L’invention du Louvre : du palais au musée, plus de 800 ans), vaste sujet ! Je me demandais bien comment ce sujet si alléchant allait être traité, quel parcours ? quel parti  pris ? quelles œuvres présentées ? Allez, je l’avoue, j’avais un peu peur du Louvre version tarte à la crème, avec beaucoup de fioritures et de décorum. Eh bien, pas du tout ! L’exposition est simple, complète, didactique et même (je n’osais l’espérer) interactive.

Dès le début, le visiteur est pris par la main et invité à déambuler dans l’histoire du Louvre. La pyramide, élément désormais emblématique du Louvre, nous accueille pour aborder le projet du Grand Louvre, qui fête cette année ses

25 ans de réouverture. Cette entrée dans l’exposition se fait par le Louvre d’aujourd’hui, son architecture et sa fonction actuelle. Ce n’est qu’ensuite que nous remontons le temps pour mieux le voir défiler siècle après siècle.

La scénographie est très présente : un papier peint de vieilles pierres pour aborder les premiers vestiges du Louvre, un couloir rouge avec colonnes et verrière qui n’est pas sans rappeler le Salon Rouge, ou encore le Sacre de Napoléon de David imprimé à échelle 1 sur une série de paravents derrière l’authentique tapis du sacre. À chaque pièce une ambiance visible et affichée qui soutient et contextualise le propos. La muséographie et la scénographie se développent, main dans la main, au service du contenu et donc du visiteur.

C’est l’histoire du Louvre, du bâtiment et de ses collections, qui est racontée. Mais au fil du parcours, on découvre, comme entre les lignes, l’histoire de la politique culturelle de la France, ou plutôt des politiques muséales françaises. Comment et pourquoi le Louvre est devenu le plus grand musée au monde ? Dans quel(s) but(s) et avec quelle(s) volonté(s) ? On y (re)découvre les grands hommes qui ont fabriqué ce musée.

Cette exposition mêle histoire et beaux-arts car les expôts sont pour la plupart des œuvres d’art, mais ils sont utilisés pour soutenir le propos, montrer l’évolution des goûts artistiques et l’évolution du rapport à l’art. Leur valeur esthétique n’est pas oubliée pour autant, mais elle n’est pas l’unique propos. L’attention est autant portée sur le choix de cette acquisition que sur la technique du peintre ou le sujet représenté. C’est précisément ça qui est intéressant et peu commun. Pour une fois, l’art est « utilisé » au service de la muséographie et n’est pas une simple fin en soi.

Aussi je m’interroge, pourrait-on (enfin) faire ce genre d’exposition en France ? Les premières expos du Louvre-Lens allaient dans ce sens… ont-elle suivi cette direction ?

 

Hong Kong Heritage Museum

French May Art Festival

25 mai 2017, Hong Kong

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
An exhibition as we like it

"Inventing the Louvre: From the Palace to the Museum over 800 Years", a vast subject! I was wondering how this enticing subject was going to be treated, what course? what bias? which works presented? I admit, I was a little afraid of the Louvre cream tart version, with lots of flourishes and decorum. Well, not at all ! The exhibition is simple, complete, didactic and even (I dared to hope) interactive.
From the beginning, the visitor is taken by the hand and invited to stroll through the history of the Louvre. The pyramid, now an emblematic element of the Louvre, welcomes us to discuss the Grand Louvre project, which is celebrating its 25th anniversary this year. This entry into the exhibition is made by the Louvre today, its architecture and its current function. Only then do we go back in time to better see it passing century after century.

The scenography is very present: a wallpaper of old stones to approach the first vestiges of the Louvre, a red corridor with columns and canopy that is reminiscent of the Red Salon, or the Rite of Napoleon of David printed on scale 1 on a series of screens behind the genuine carpet of the coronation. Each room has a visible and displayed atmosphere that supports and contextualizes the subject. Museography and scenography develop, hand in hand, at the service of the content and therefore the visitor.

It is the story of the Louvre, the building and its collections, which is told. But along the way, one discovers, as between the lines, the history of the cultural policy of France, or rather of the French museum policies. How and why did the Louvre become the largest museum in the world? For what purpose (s) and with what will (s)? We discover the great men who made this museum.

This exhibition mixes history and fine arts because the exhibits are mostly works of art, but they are used to support the purpose, show the evolution of artistic tastes and the evolution of relationship with art. Their aesthetic value is not forgotten, but it is not the only thing. Attention is drawn as much to the choice of this acquisition as to the technique of the painter or the subject represented. This is precisely what is interesting and unusual. For once, art is "used" in the service of museography and is not a simple end in itself.

So I wonder, could we (finally) make this kind of exposure in France? The first exhibitions of the Louvre-Lens went in this direction ... did they follow this direction?

 

Hong Kong Heritage Museum

French May Art Festival

May 25th, 2017, Hong Kong