A fresh look at the city and its inhabitants

 

"Debris / Works by Alexandre Farto alias Vhils", visible at the Center for Contemporary Art in Macao, is the second version of a series exhibition, presented last year in Hong Kong. It’s a traveling exhibition, and in situ since Vhils has visited Macao several times to draw inspiration to create or recreate works for the occasion. This exhibition will be enriched, at each of its stages, by new works inspired by the host city. An exhibition to follow, to see it and to review it following its evolution.

From Lisbon, Alexandre Farto is a poet of the urban. His large wall frescos, representing faces carved with the jackhammer and chisel, allowed him to make him a place on the international scene of Street Art. Today known and recognized, his work is plural and multiple. The exhibition unveils the artistic path traveled, less known works, new aesthetic research... In short, it shows us the richness of the artist's work.

Building facades, paper, metal or wooden surfaces, Alexandre Farto experimented the notion of "creative destruction" and the concept of "aesthetics of vandalism" on all materials in the urban environment and with many corrosive or explosive mediums. It scratches, hollows, carves, notches, alters the surfaces to make faces appear. His artistic approach is concerned with the relationship between the city and its inhabitants, how they interact together, how they shape each other. Cities and individuals are at the same time the subject, the material and the support of his art; the one mingles with the other, the other blends into one, they are only one, indissociable.
The exhibition proposes a cut-out of the works by technique and support: carved wall facades, polystyrene sculptures, accumulations of cut-out advertising posters, silkscreen prints, acid-etched metal plates and carved wooden doors. A short and clear text introduces each sequence by explaining the technique, the process of creation and the discourse carried by the works. Over the course, three works of a new kind, video installations. Influences unquestionably of the evolution of the cities, especially in Asia, where the screens, illuminated signs and other neon come to animate the grisaille urban.

But the exhibition is not limited to the works presented at the Center d'Art Contemporain, it leaves this framework and invites visitors to travel into Macau in search of the five walls scattered in the city by Vhils. So, go explore the public space and ask yourself about your relationship to the urban environment. Small tip: start by going for a walk on the side of the Consulate of Portugal...

Navy Yard No.1 – Contemporary Art Center

Co-organizer by the Cultural Affairs Bureau of the Macao SAR 

and HOCA Foundation, support by the Fundação Oriente,

Consulado-General de Portugal em Macau e Hong Kong

May 31st, 2017, Macau

Un nouveau regard
sur la ville et ses habitants

 

« Debris / Works by Alexandre Farto alias Vhils », visible en ce moment au Centre d’art contemporain de Macao, est la deuxième version d’une exposition-série, présentée l’année dernière à Hong Kong. Exposition itinérante donc et in situ, puisque Vhils est venu plusieurs fois à Macao puiser l’inspiration afin de créer ou recréer des œuvres pour l’occasion. Cette exposition sera enrichie, à chacune de ses étapes, par de nouveaux travaux inspirés de la ville hôte. Une exposition à suivre donc, pour la voir et la revoir en suivant son évolution.

D’origine lisboète, Alexandre Farto est un poète de l’urbain. Ses grandes fresques murales, représentant des visages sculptés au marteau-piqueur et au burin, lui ont permis de se faire une place sur la scène internationale du Street Art. Connu et reconnu aujourd’hui, son travail est pluriel et multiple. L’exposition dévoile le chemin artistique parcouru, des œuvres moins connues, les nouvelles recherches esthétiques… Bref sans être exhaustive, elle nous présente la richesse du travail de l’artiste.

Façades d’immeuble, surfaces en papier, en métal ou en bois, Alexandre Farto expérimente le principe de « destruction créative » et le concept « d’esthétique du vandalisme » sur toutes les matières du milieu urbain et avec nombre de médiums corrosifs ou explosifs. Il gratte, creuse, sculpte, entaille, altère les surfaces pour faire apparaître des visages. Sa démarche artistique s’intéresse aux rapports entre la ville et ses habitants, comment ils interagissent ensemble, comment ils se façonnent l’un l’autre. Villes et individus sont à la fois le propos, la matière et le support de son art ; l’un se mêle à l’autre, l’autre se fond dans l’un, ils ne sont plus qu’un, indissociables.

L’exposition propose un découpage des œuvres par technique et support : façades murales taillées, sculptures de polystyrène, accumulations d’affiches publicitaires découpées, sérigraphies, plaques métalliques creusées à l'acide et portes en bois sculpté. Un texte court et clair introduit chaque séquence en explicitant la technique, la démarche de création et le discours porté par les œuvres. Au fil du parcours, trois œuvres d’un nouveau genre, des installations vidéo. Influences sans conteste de l’évolution des villes, notamment en Asie, où les écrans, enseignes lumineuses et autres néons viennent animés la grisaille urbaine.

Mais l’exposition ne se limite pas aux œuvres présentées au Centre d’art contemporain, elle sort de ce cadre et invite les visiteurs à parcourir Macao à la recherche des cinq murs disséminés dans la ville que Vhils a sculptés. Partez donc explorer l’espace public et interrogez-vous sur votre rapport à l’environnement urbain. Petit indice : commencez par aller vous promenez du côté du Consulat du Portugal…

 

 

Oficinas Navais N.°1, Centre de Arte Contemporânea

Co-organisé par le Bureau des Affaires Culturelles de Macao SAR
et la Fondation HOCA, soutenu par la Fondation Oriente
et le Consulat général du Portugal à Macao et Hong Kong

31 mai 2017, Macao